Raphaël Domjan > Expéditions > Blog 18 et 19 juin

Jours 8 et 9 – Tuktoyaktuk

Jeudi nous chargeons le kayak avec nos 3 mois de nourriture et tout notre chargement. Plus de 100 kilos de matériel. Nous partons tester les kayaks en pleine charge, avec un bon 20 nœud de vent dans la petite baie de Tuk. Avec du chargement hors du kayak et l’effet cumulé du vent et des vagues, la gîte risque de me faire chavirer deux fois. Impossible de partir dans ces conditions. Il faut revoir tout le plan de chargement.

Vendredi, après un petit déjeuner dans un brouillard à couper au couteau, nous refaisons tout le chargement avec Alain. Nous sortons la moitié de la nourriture pour l’envoyer à Cambridge Bay, village Inuit où nous avons prévu de faire escale.

Après avoir tout ressorti et déplacé les batteries, et grâce à un gros travail d’optimisation, nous arrivons à tout faire entrer dans le kayak. Ouf! Je respire. Il faut encore tout tester sur l’eau, mais nous laissons cela pour demain.

Côté météo, les conditions de vent sont plutôt favorables, mais les glaces bloquent complétement le passage. Nous espèrons que les glaces nous laisserons passer la semaine prochaine…

Jissé, un ancien collègue de la Ville de Lausanne, et son amie Monique, en voyage dans la région, font un petit détour de près 2000 km pour nous apporter la munition que nous ne trouvions pas à Tuk. Incroyable de le retrouver si loin d’ici . Merci Jissé.

Raphaël

Autres articles

Nos aventures solaires dans les Echos

Merci à Paul Molga pour sa plume solaire! Les échos. 28 novembre 2022

ParisMatch: Les HEROS de la planète

Merci à Romain Clergeat d’avoir si bien illustré mes propos et ma vision du monde demain et à Francis Demange pour la mise en image de nos aventures solaires. Merci aussi a celles et ceux qui me soutiennent depuis toutes ces années. ParisMatch du 10 novembre 2022

Notre navire solaire est a nouveau en mer.

Excellente nouvelle, notre ancien navire MS PlanetSolar aujourd’hui MS Porrima est à nouveau sur l’eau. Le sauvetage n’est pas encore totalement terminé, il faut maintenant remorquer Porrima dans un lieu sûr et le mettre hors de l’eau afin de le réparer. Merci à toute l’équipe de sauvetage local, à Gunter Pauli pour sa persévérance, et à Frederic Dahirel qui est sur place pour la coordination et ses idées. 24heures – 1 novembre 2022 ArcInfo 1 novembre 2022

Derniers articles

Archives

Categories